20/07/2014

Le dolmen des Fades joyau de la commune

PHOTO Dolmen.JPG

Les pierres de lune contribuent à la magie du lieu

Depuis le 10 juillet le dolmen des Fades se pare de l’installation « Pierres de lune » créée  par l’artiste Mà Thévenin dans le cadre des Grands Chemins en Minervois qui offre balades, art, vigne et patrimoine du 20 juin au 07 septembre.

Marie- Claude Martin/Bernardini conservatrice du musée archéologique d’Olonzac a fait l’historique du lieu et captivé l’auditoire :  « Le dolmen, daté du Ve millénaire, surnommé le "Palet de Roland", a été classé aux Monuments Historiques dès 1943. Jean Arnal, Odette et Jean Taffanel l'ont établi comme un mégalithe à couloir. Un sauvetage du site a été entrepris dans les années 60 par l'équipe de l'archéologue Jean Guilaine pour protéger la grosse dalle de calcaire originaire sans doute des Causses de Siran et donner une première idée de l'aspect initial du monument. Le matériel trouvé (alène en cuivre, brassard d'archer, tessons campaniformes, etc.) a été envoyé au dépôt de fouilles de Carcassonne. Le musée archéologique d'Olonzac conserve dans son dépôt trois armatures de flèches et un poignard en cuivre long de 183mm, unique en son genre dans la région. Le monument composé d'un couloir, d'une anticella et d'une cella est considéré jusqu'à ce jour comme le plus long dolmen du Sud de la France avec 24m de développement. Il aurait été l'oeuvre d'hommes appartenant au groupe de Véraza. Mais les vicissitudes subies par le site sur plusieurs centaines d'années - il aurait même servi d'habitat au Moyen Âge - ne permettent pas d'être affirmatif sur ce point. Le dolmen laisse planer encore bien des mystères ».

Pour compléter l’information, il est possible de se rendre au musée archéologique et de Paléontologie, 9 Bd Pasteur à Olonzac  Contact : 04 68 91 25 24

 

Des "Pierres de lune" au dolmen des Fades"

DSCF7768.JPG

Une exposition qui évoque mues et transformation, à mi-chemin entre animal, végétal et minéral. A ne pas manquer

Vendredi 10 juillet à 18 heures, nombreux étaient « les gens » du Minervois et les touristes rassemblés sur la bute boisée où se dresse le dolmen des Fades. Ils sont venus assister au vernissage de l’installation « Pierres de lune » de l’artiste plasticienne, Ma Thévenin dans le cadre du parcours Art et patrimoine du Festival Les Grands Chemins.

A mi-chemin entre animal, végétal et minéral, cette installation évoque mues et transformations…Ces cocons géants et étranges, flottant dans la spacialité du lieu, dialoguent au delà du temps avec la magie de ce lieu.

DSCF7773.JPG

Puis l’artiste s’est livrée à une performance buto avec Robert Masci aux percussions et création sonore.

Auparavant, Claudine Martin a fait un remarquable exposé sur l’historique du monument. Il est conseillé de le visiter aussi à la tombée de la nuit quand toutes les petites lumières s’éclairent.

Une dégustation de vins a suivi en présence des vignerons de la commune.

10/09/2010

Le grand lustre de l'église dépoussiéré

DSCF2088.jpg

Nombreux ont été les touristes en balade dans le Minervois attirés par l'église St Etienne, imposant édifice érigée au XIIIème siècle. En cette fin de mois d'Août, les visiteurs ont eu la surprise de rencontrer Nathan  adolescent de 15 ans qui perché tout en haut d'un immense escabeau a entrepris de redonner de l'éclat aux pampilles du grand lustre de la nef. Nathan n'est pas là par hasard ! La passion de ce jeune garçon c'est l'histoire et plus particulièrement l'histoire locale.

Un collecteur de témoignages

Après avoir découvert « l'histoire de Pépieux »  ouvrage écrit en 1944 par J. Cunnac, il a fait de nombreuses recherches à la mairie, dans les vieux journaux, dans les registres paroissiaux et aussi aux archives départementales. Il passe son temps libre à parcourir le village, rencontre les anciens et interroge leur mémoire. Il a ouvert un blog qu'il émaille d'articles, de commentaires et de photos qui évoquent l'évolution du village et de ses environs. Nathan envisage de mettre « son savoir » au service de la population en septembre lors des journées du patrimoine. Il vient de rentrer en classe de seconde générale et se projette dans l'avenir vers une carrière d'archiviste et pourquoi pas d'historien.